Le Club suisse de la presse – Geneva Press Club a pour mission d’accueillir et d’aider les journalistes de passage à Genève et de favoriser les échanges entre les milieux suisses et internationaux de l’économie, de la politique, de la culture et des sciences d’une part, et de la presse suisse et étrangère installée en suisse romande et en France voisine d’autre part.

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

CENSURE – Twitter et Facebook font la loi. Mais de quel droit?

Le 28 janvier 2021
12:15
En ligne, sur cette page (ci-dessus)

CENSURE – Twitter et Facebook font la loi. Mais de quel droit?

En censurant ou excluant le président des Etats-Unis de leurs plateformes, Twitter et Facebook s’arrogent un extraordinaire pouvoir. De quel droit ? Et est-ce une bonne chose ou est-ce dangereux pour la démocratie ? Le Club suisse de la presse, sis à Genève, a posé la question à d’éminents spécialistes de l’Internet et des réseaux sociaux, lors d’un débat qui a eu lieu en ligne aujourd’hui, animé par Pierre Ruetschi. Lire ici le compte rendu du débat et les citations…

Sur le même sujet:

Governments and Tech Industry in 2021: Big Clash or Grand Bargain
Author: Dr. Jovan Kurbalija, Director of DiploFoundation and head of the Geneva Internet Platform

Restoring the shine of the City on the Hill, an urgent global priority
Author: Sébastien Brack, head of the Kofi Annan Foundation’s elections and democracy programme

Pendant la campagne, Twitter a commencé à marquer les tweets mensongers de Donald Trump. Ensuite, il les a censurés, puis il les a supprimés. Enfin, Twitter a débranché le compte de @realDonaldTrump avant de le supprimer à vie suite à l’attaque du Capitole. Facebook et d’autres réseaux ont suivi. Donald Trump s’est trouvé privé de ses porte-voix préférés qui lui permettaient de s’adresser sans filtre à ses 77 millions de “followers” sur Twitter et 33 millions d’”amis” sur Facebook. Ces réseaux sociaux se sont arrogés ainsi un  formidable pouvoir. Enfin responsables, ont clamé les uns. Dangereusement anti-démocratiques, ont condamné les autres. 

Le débat sur les droits et devoirs des réseaux sociaux fait désormais rage. Jack Dorsey, patron de Twitter, et Mark Zuckerberg (Facebook) ont toujours refusé de porter la responsabilité des contenus diffusés sur leurs plateformes. Et voilà qu’ils les censurent férocement, qu’il excluent le président de “la plus grande démocratie du monde” au nom de la protection des institutions et de la société. 

De quel droit? Avec quelles conséquences pour le fonctionnement de la démocratie? Qui est plus dangereux pour les institutions, Donald Trump ou Dorsey-Zuckerberg revêtant la robe de juges suprêmes de la communication? Qui et comment peut reprendre le contrôle sur les réseaux sociaux et la parole qui y est distillée? Telles sont les questions que nous aborderons avec un panel de fins analystes des rapports des réseaux et de la démocratie à l’ère digitale. 

Partager cet article

Conférenciers

Mme Solange Ghernaouti

Université de Lausanne, directrice du Swiss Cybersecurity Advisory and Research Group, auteure de « Cybersécurité: Analyser les risques, mettre en œuvre les solutions »

Mme Divina Frau Meigs

Professeur à l’Université de Paris 3, sociologue des médias, titulaire de la chaire UNESCO « Savoir Devenir à l'ère du développement numérique durable »

M. Jovan Kurbalija

Directeur exécutif de la DiploFoundation et responsable de la Geneva Internet Platform

Me Nicolas Capt

Avocat au barreau de Genève, spécialiste en criminalité et sécurité des nouvelles technologies

M. Sébastien Brack

Responsable du programme élections et démocratie de la Fondation Kofi Annan, qui a publié le rapport « Protéger l’intégrité électorale à l’ère du numérique en 2020 »

M. Pierre Ruetschi

Modération, Directeur exécutif du Club suisse de la presse

S'inscrire à l'événement





    Événements sur le même thème