Le Club suisse de la presse – Geneva Press Club a pour mission d’accueillir et d’aider les journalistes de passage à Genève et de favoriser les échanges entre les milieux suisses et internationaux de l’économie, de la politique, de la culture et des sciences d’une part, et de la presse suisse et étrangère installée en suisse romande et en France voisine d’autre part.

logo_press_club

Rationalités en débat – Les droits politiques des étrangers en débat dans l’Assemblée constituante genevoise et en situation expérimentale

Rationalités en débat – Les droits politiques des étrangers en débat dans l’Assemblée constituante genevoise et en situation expérimentale

Le débat est incontournable en démocratie. Cette confrontation d’opinions met en jeu intelligence, qualité de raisonnement et de perception de la situation, mais aussi statut et place dans le système relationnel dans lequel une personne est amenée à décider. Privilégier un aspect plutôt qu’un autre peut mener à des prises de position opposées. Sommes-nous rationnels ? Oui, selon Marion Deville, mais les délibérations montrent que plusieurs types de rationalités s’entremêlent dans le discours. A travers l’observation de débats et la synthèse statistique du discours ressortent des rationalités intellectuelles et relationnelles.

Suivant au jour le jour le travail de l’Assemblée qui a réécrit la Constitution genevoise (2008-2012), Marion Deville a observé les comportements individuels, les jeux au sein d’un parti et les échanges entre les groupes. Elle a porté son attention sur les droits politiques des étrangers, objets d’âpres affrontements entre politiciens. En parallèle, elle a mis en situation expérimentale des citoyens qui ont délibéré sur ce même sujet. Certaines mesures du débat ont donné des résultats surprenants et une visualisation synthétique originale permet de souligner des échanges lors de délibérations.

Conférenciers

Marion Deville

Consultante, Docteur ès sociologie, master en socio-économie, licence ès psychologie

Événements sur le même thème